Le Nouveau locataire d'Ionesco

Le Nouveau locataire

Créée en 2003

Le Nouveau locataire est une pièce peu connue d’Eugène Ionesco, chef de file du théâtre de l’absurde. La proposition de départ en est simple: un homme emménage dans un logement, au sixième étage d’une maison de Paris. Il rencontre la concierge de l’immeuble, femme d’un verbiage extraordinaire. Puis, les déménageurs arrivent avec toutes les possessions de Monsieur. Dans un ballet d’objets étourdissant, ils rempliront la pièce encore et encore, jusqu’à ce que la ville entière soit paralysée par ce déferlement de matériel.

On retrouve les thèmes chers à Ionesco, le vide-plein, l’encombrement, la spirale. Cette fable est très d’actualité avec notre ferveur consommatrice où nous n’arrêtons pas d’accumuler les biens. Notre territoire intime est de plus en plus réduit par notre soif matérialiste. Nous sommes de plus en plus envahis par les objets et les déchets que nous produisons et qui emplissent, alourdissent tant nos espaces intérieurs et extérieurs.


« Ça déménage! Pascale Tremblay met en scène ce déménagement de manière très efficace. Entre ses mains, l'entreprise devient un véritable ballet loufoque. »
Solange Lévesque, Le devoir

« Pascale Tremblay a composé un quatuor de déménageurs remarquables d'humour, de rythme, de fantaisie et d'énergie. Dans le "deuxième mouvement" (…) une menace sourde se fait sentir, du joyeux vertige du départ, nous glissons vers une vision du cauchemar, celle du locataire. C'est un choix qui se justifie d'autant plus qu'il est rendu avec fougue et maîtrise. »
Anne-Marie Cloutier, La Presse

« En montant le nouveau locataire, Pascale Tremblay, la compagnie sherbrookoise du Double signe, ont réalisé … un double pari: monter avec succès un texte peu connu du grand public et peu souvent monté; réaliser une mise en scène à la fois juste, imaginative, actuelle quoique fidèle aux exigences de l'auteur. »
Marie-Christianne Hellot, Cahier de théâtre JEU

« Sans exclure la réflexion, Pascale Tremblay a fait un spectacle réjouissant et admirablement fluide. »
Christian St-Pierre, Voir Montréal

« À voir pour la force du propos, certes, mais surtout pour l'exécution sans faille de ce ballet du 1er juillet, où tout est mis en œuvre pour créer un univers aussi percutant que possible. »
Michel Vézina, Ici Montréal

« L'absurdité à son meilleur. »
Pierrette-Hélène Roy, La Tribune

Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez toutes les informations sur nos activités.