• Aux lendemains du décès de sa femme, Pierre, éminent scientifique, plonge dans une profonde léthargie jusqu’à ce qu’un détail apparemment anodin entourant les circonstances du décès se mette à l’obséder au point de l’entraîner dans une troublante enquête. Que nous cachent les gens les plus près de nous?

    Œuvre de Vincent Farasse, jeune auteur français en pleine ascension, La traductrice se déploie en une véritable enquête non pas policière, mais amoureuse, qui nous laisse avec plus de questions que de réponses.  Le rôle-titre, étonnamment, est celui d’un personnage absent de la distribution…  C’est que toute la pièce s’échine à reconstruire la vie d’une femme qui n’est plus là pour se défendre. Nous ne la connaîtrons qu’à travers la bouche de ceux qui l’ont fréquentée et/ou aimée, particulièrement à travers celle de l’homme qui lui fut toujours fidèle (à moins qu’il mente?).

    Ainsi Farasse joue-t-il avec nos perceptions, nos certitudes en nous transformant, nous, public, en personnage central, incapable de démêler le vrai du faux.

    Équipe

    Représentations

    La traductrice

    Aux lendemains du décès de sa femme, Pierre, éminent scientifique, plonge dans une profonde léthargie jusqu’à ce qu’un détail apparemment anodin entourant les circonstances du décès se mette à l’obséder au point de l’entraîner dans une troublante enquête. Que nous cachent les gens les plus près de nous?